Billets d'Humeur

Les brèves (pas tant que ça !) de la mouette rieuse

E. Macron menace d’annuler les J.O. de 2024 !

Prenant conscience du pouvoir de nuisance qu’un événement aussi fédérateur que celui des Jeux Olympiques pouvait leur donner, les syndicats ont actionné, sans vergogne, les bras de leviers pour les faire peser dans la balance de leurs négociations. Leur emboitant le pas, c’est avec le cynisme d’un loup de Wall Street et l’abnégation d’une Mère Thérésa, qu’Emmanuel Macron vient d’annoncer qu’il veut annuler la tenue des Jeux Olympiques de Paris pour le bras de levier que l’évènement peut lui donner dans la balance de ses négociations avec les États du Monde dont il veut faire changer le Cap de leurs dérives dramatiques. Juste avant l’arrivée des délégations à Paris, quelle est donc la logique de la manœuvre osée ?


Décontenancé, le CIO est tout aussi mitigé que dépité. Les athlètes se sentent pris en otages comme les voyageurs de la SNCF lors des grèves des conducteurs, pendant que les États s’indignent de ne pas pouvoir faire valoir leurs progrès sociaux dans la fenêtre mondiale olympique. Les sponsors furibonds crient au scandale tels les voyagistes contre les aiguilleurs du ciel voyant s’évanouir leurs investissements, pendant que les peuples se divisent sur la prise en otage selon la couleur de leur opinion ou de leur indifférence au monde.

L’exemple même de l’accord global
Il faut, pour commencer, mettre l’accent sur l’exemplarité de l’accord global que l‘organisation des Jeux Olympiques, elle-même, représente au regard du Monde et de ses divisions. La puissance du bras de levier qu’ils constituent, justement, réside dans son universalité respectée et dans la fierté collective partagée de l’Humanité d’être capable d’organiser un tel évènement. D’autant que chaque être humain l’est tout aussi pleinement lorsque l’un des représentants de son pays fait hisser le drapeau sur la plus haute marche et les autres le lui reconnaissent malgré les divisions ! Ce qui signifie bien, tout d’abord, que la capacité d’appartenance à une collectivité dont les différentes entités d’échelle ont été expérimentées au travers des âges, se cristallise finalement autour de celle d’une identité délimitée par l’adhésion d’un peuple à ses frontières d’État géographiques. N’oublions pas qu’elles se sont toutes forgées dans le sang sur autant de mal entendements culturels que de rapprochements intéressés pour finir en paradigmes politiques différents mais respectés comme tels par les autres, réciproquement reconnus dans le cadre des Nations-Unies.
A l’appui de leurs ajustements et tout en conservant leurs spécificités culturelles et sociales, les deux cents États souverains s’accordent généralement sur les mêmes accords diplomatiques et des lois internationales communes, puisque l’on est même allé jusqu’à règlementer les mécanismes d’une guerre ! Tous ont les mêmes droits reconnus et malgré la multitude des différences, ils partagent au moins la croyance en la représentation politique, la représentation étatique et la représentation symbolique en partageant plus ou moins scrupuleusement les droits de l’Homme.
Ce sont les entités telles que le Hamas ou DAECH parce qu’ils ne se soumettent pas à ce tacite accord global, qui ne peuvent pas contrôler un territoire durablement pour être reconnus, ils sont donc condamnés à rester en marge. Même les Talibans l’ont quémandé !

Il y a dans l’organisation olympique la puissance de fédération du paradigme politique reposant sur les mêmes schémas iconiques : le drapeau, l’hymne, l’adhésion, la reconnaissance réciproque, le socle structurel commun qui lui confèrent la stabilité. On ne peut pas l’imaginer dans un monde en éternel devenir d’identités comme il l’a été dans le passé : quel comédie ubuesque que d’organiser les JO en 1592 ! Malgré les boycotts et les tensions politiques (Palestiniens et Israéliens, déjà à Munich en 1972), l’accord global sur lequel elle repose n’a pas pu être renversé. N’y aurait-il donc pas dans sa puissance d’adhésion, celle de faire évoluer les paradigmes fédérateurs utiles ? C’est l’un de points d’appui que je prête à Monsieur Macron.

Les règles, mécanique incontestable des résultats
La compétition sportive s’appuie sur des règles communes pour chaque discipline et respectées scrupuleusement par tous les compétiteurs. Les résultats obtenus par leur mise en œuvre donnent au verdict son caractère indiscutable et la reconnaissance de sa valeur incontestée. Dans la compétition mondiale des Nations pour leur subsistance, les disciplines ne présentent pas toutes les mêmes règles communes ni les mêmes objectivités dans les résultats, ni dans leur respect, ni pas partout. Même si certaines comme celles de la technologie reposent sur des résultats issus de mêmes processus et reconnus comme tels, il demeure une divergence cruciale dans la convention du paradigme explicatif d’un progrès sur laquelle sa dynamique repose. Si bien que l’une des dérives dénoncées consiste justement à réduire la notion de progrès à sa capacité de générer des profits au lieu de servir la jouissance et le bonheur de vivre de l’Humanité dans la préservation du Vivant.
De même, dans la compétition économique, le même type de divergence critique impacte la convention de règles de certaines disciplines qui les rendent impropres à un jeu équitable. Prenez par exemple les règles sociales où la valeur de travail d’une couturière Indienne, chinoise, anglaise ou argentine ne leur procure pas la même valeur de pouvoir d’achat comme si un but n’avait pas la même valeur selon le terrain où il est marqué ! De surcroît, comment raisonnablement compter sur le tableau d’affichage si la valeur des points fluctuait en fonction de la spéculation des spectateurs sur la qualité et l’issue du match. Mais dans la compétition économique, ce type de spéculation financière entraîne encore d’autres dérives dénoncées, comme celle de l’instabilité des capitaux, celle de l’instabilité du socle structurel commun sans fondement objectif régulateur, entre autres. Pourquoi la valeur de la mandarine corse est-elle supérieure à l’espagnole alors qu’elles sont un même fruit ? Et pourquoi leurs valeurs changent-elles au cours de la saison ? Un essai écossais vaut moins qu’un essai gallois qui vaut moins qu’un essai Al Blacks ? Et change de valeur selon le tournoi dans lequel il est marqué, sans règles mesurables ? En économie, si, et pire, sans arbitre ! Comment s’étonner des dérives et des désillusions récurrentes ? Adam Smith ou John Keynes, au secours !
Enfin, une autre compétition s’est invitée dans le jeu mondial depuis quelques décennies, celle de l’écologie dont aucune discipline ne peut être considérée en dehors du paradigme global, tant l’interdépendance des États est démontrée par la dimension planétaire du terrain de jeu unique sur lequel elles se disputent. On ne peut jouer efficacement à ses disciplines que mondialement puisque le CO2 ne s’arrête pas aux frontières. D’où l’importance de corriger les dérives et les achoppements des disciplines traditionnelles pour élaborer les règles du jeu de l’écologie qui les impactent lourdement et réciproquement. Le paradigme global olympique s‘y impose structurellement. Faut-il y comprendre le coup de Monsieur Macron ?

De l’annulation à l’exclusion du « paradigme olympique »
Coup de poker audacieux ou simulacre risible d’un scoop médiatique, l’initiative du président Français sur ses propres Jeux, aura au moins permis de vulgariser les inepties de la compétition existentielle mondiale au regard de la compétition sportive olympique dont le mécanisme structurant est l’amélioration continue par l’émulation tirée de la compétition sur la base de règles stables, justes et reconnues universellement. Il met donc dans la balance de la négociation avec les Nations Unies, les conséquences économiques et sociales de la mécanique exemplaire de la reconnaissance olympique, c’est-à-dire l‘universalité, avec les conséquences économiques et sociales de la mécanique défaillante de la viabilité de l’amélioration du mode de vie du monde pour obtenir les ajustements indispensables au bonheur et à la pérennité de la civilisation.

Pour ne pas hypothéquer les acquis, depuis notre humble fenêtre, nous nous autorisons à lui suggérer une première étape : l’exclusion des jeux et de l’ONU des états qui ne respectent pas le paradigme global. Et commencer par le mettre en forme lisible et objective comme les cartons rouges pour anti-jeu ! Compte tenu de l’interdépendance dans la mondialisation, l’isolement drastique pèsera davantage sur leur peuple que la morale, comme l’a fait le Libéralisme sur le mur de Berlin. Il est tombé de l’intérieur ! Si Poutine n’a qu’un peu mal des sanctions commerciales qu’une partie du monde seulement lui impose mais que la Chine compense le boycott en continuant à lui acheter du Gaz et du pétrole avec lesquels il peut financer ses dérives, pourquoi devrait-il changer ses ambitions ? Mais si son peuple n’a plus de tout, c’est lui qui fera bouger les lignes. Comment vouloir mettre fin au conflit israélo-palestinien sans faire rentrer la Palestine dans le paradigme global avec le Hamas qui ne veut pas ? Comment réorienter le mode de vie pour le rendre compatible avec l’écologie, sans instaurer les règles des nouvelles disciplines qu’elle nous dicte pour remplacer les nocives détournées ?
Si c’est au prix de devoir se priver sans passer par la boucherie de la guerre, pensons à tous ces athlètes qui se font violence pour accéder à la plus haute marche. Et travaillons…
C’est cela l’olympisme !

Emmanuel, pardonnez-moi ma familiarité puisque nous sommes dans le même bain, mais j’aurais aimé ce tollé brûlant pour faire bouger les lignes. Je rêve pendant que je le peux encore ! Et vous, lecteurs, protagonistes assumés ou contraints, si ce n’est otages, ne croyez pas n’être que spectateur de la compétition mondiale, vous êtes concernés. Et en cas de déni, écrivez concernés en deux mots !

Gérard Leidinger
Auteur de Clitoyens, prenons en main notre Vivre bien

Posté le 9 juin 2024
Nos Métiers
Cibler Construire Contrôler Corriger
Commentaires

    Email :

    Les autres billets
    E. Macron menace d’annuler les J.O. de 2024 !
    Posté le 9 juin 2024
    Prenant conscience du pouvoir de nuisance qu’un événement aussi fédérateur que celui des Jeux Olympiques pouvait leur donner, les syndicats (...)
    De l’Extinction des Insectes à celle de la Pensée…
    Posté le 27 mai 2024
    Il n’est de jours, qu’un chercheur spécialisé ne nous rapporte le constat brutal d’une extinction en cours d’un segment du (...)
    La jouissance de la Liberté mal Bornée ?
    Posté le 6 mai 2024
    Gravée dans le sang et la douleur de chaque pavé, la Liberté nourrit tous les combats et toutes les illusions. (...)
    choisir son futur, une vraie prise de Terre
    Posté le 21 avril 2024
    Dans son livre à succès "et si c'était vrai" dont j’emprunte le titre pour articuler mon post, Marc Lévy nous (...)
    Les Dépités Européens vont élire leurs Députés
    Posté le 11 avril 2024
    Le mirage européen ne semble plus faire rêver personne en dehors des vindicatifs en mal d’ersatz interne qui vocifèrent leur (...)